i-XIXe s. : une Révolution industrielle réussie

La petite taille de la République tchèque et sa discrétion dans l'économie mondiale occultent quelque peu son brillant passé. En réalité, le niveau de vie des Tchèques, historiquement rattachés à la riche Autriche-Hongrie, a longtemps été supérieur à celui de nombre de pays occidentaux.

Dès le début des années 1850, la Bohême accomplit sa Révolution industrielle et initie le développement d’un vaste réseau routier. La première automobile Skoda est produite en 1895. L'industrialisation touche notamment les régions de Prague, Ostrava et Kladno (fonderie et houille), Brno (machines-outils), Bohême du nord (verre), du nord-Est (textile) et du nord-ouest (charbon et chimie). Ses voisins à l’Est (par ex. Pologne, Slovaquie, Hongrie, Ukraine) n’ont pas connu cet essor, du moins à l'échelle nationale, et sont restés ruraux.

1920-1940 : la Tchécoslovaquie possède une des économies les plus performantes au monde...

Une Constitution inspirée de celles des Etats Unis et de la France est adoptée en 1920 en Tchécoslovaquie. Il s'agissait d'un État parlementaire comprenant une douzaine de Partis, ce qui permettait de représenter les différentes minorités et courants d'opinions sans paralyser le système, au contraire de ce qui s'est passé en Hongrie ou en Pologne. La Tchécoslovaquie est resté le seul pays d'Europe centrale et orientale à maintenir une démocratie pendant l'entre-deux-guerres.

Les années 1920 voient l'essor de l’industrie tchécoslovaque, mais aussi de la culture et de l’enseignement. Le développement est cependant inégal, la Slovaquie restant beaucoup plus rurale et pauvre que la Bohême-Moravie. La crise économique mondiale de 1929 frappe le pays, ce qui conduit à l'augmentation du taux de chômage, la baisse de la production industrielle et la radicalisation des partis de droite comme de gauche. Cependant, la Tchécoslovaquie continue de faire partie des pays les plus avancés d'Europe, se classant même septième pays au monde pour le PNB par habitant en 1938.

...mais elle tombe sous la coupe de l'Allemagne nazie en 1938

Lors des accords de Munich du 29 septembre 1938, l’Angleterre de Chamberlain et la France de Daladier se soumettent aux volontés d’Hitler, par crainte d’un conflit international ouvert et ce malgré leurs engagements vis-à-vis de la Tchécoslovaquie. Acculé, Beneš est contraint de céder : trois millions d’Allemands des Sudètes sont rattachés à l’Allemagne, et un tiers du territoire est occupé par les troupes allemandes dès le 1er Octobre. Le 15 mars 1939, la Bohême est occupée par les troupes allemandes ; le 14 avril, la « Diète autonome slovaque » proclame un Etat Slovaque indépendant ; le 16 mai est proclamé le Protectorat de Bohême-Moravie, avec pour seul parti politique autorisé l’Alliance Nationale. Au printemps 1940 est fondée la Direction Centrale de la Résistance Nationale (UVOD), dont les membres agissent depuis Londres ou Moscou, selon leurs inclinations politiques. Reinhard Heydrich, le Protecteur du Reich, est assassiné le 27 mai 1942 sur ordre du gouvernement provisoire de Londres. Prague est libérée le 5 mai 1945 par l'armée rouge et l'armistice est signé avec l'Allemagne le 8 mai.

L’histoire tchèque ancienne >> La Tchécoslovaquie de l'Entre-Deux-Guerres >> La Tchécoslovaquie sous le communisme

Dans les autres rubriques

L’histoire tchèque

 

Ressources utiles

500 prestataires francophones pour les affaires et l'expatriation en Rép. tchèque

Les guides sont également disponibles pour la Slovaquie, la Roumanie et la Bulgarie