La République tchèque dispose d'un droit du travail développé. Le code du travail date de 1965, mais il a subi de nombreuses améliorations depuis, notamment afin d'harmoniser les règles du travail avec celle de l’UE. Le temps de travail légal est de 40 heures par semaine, assorti de congés d’au minimum quatre semaines. La retraite intervient à partir de soixante ans pour les hommes et pour les femmes, ces dernières bénéficiant d'une année en moins par enfant.

Dans la pratique, le droit n'est pas scrupuleusement respecté et les travailleurs continuent de se trouver en situation de dépendance par rapport à leurs employeurs. L'essentiel des éléments de la politique salariale relève de la responsabilité des dirigeants d'entreprises, sans obligation de négocier avec les partenaires sociaux. La grève constitue un recours rarissime, qui n'aboutit presque jamais à des concessions des patrons. D'autre part, le chômage, et surtout la peur du chômage, brident les velléités de contestation.

Les conflits entre employés et employeurs sont portés devant les Tribunaux civils. Les salariés licenciés reçoivent, à moins de faute reconnue, une indemnisation égale à deux mois de salaires, plus une partie variable allant jusqu'à trois mois selon l'ancienneté. De plus, tous les salaires non perçus entre la date du licenciement irrégulier et celle du jugement doivent être reversés à l'employé.

Dans les autres rubriques

Les entreprises tchèques

Ressources utiles

500 prestataires francophones pour les affaires et l'expatriation en Rép. tchèque

Les guides sont également disponibles pour la Slovaquie, la Roumanie et la Bulgarie