Même si elle a légèrement progressé ces dernières années, la place de la religion dans la société tchèque peut être considérée mineure, contrairement à ce que l'on observe en Slovaquie ou en Pologne. Il existe une certaine tolérance, à la fois entre les différentes religions, mais également entre les croyants et les athées.

Les missionnaires grecs chrétiens Cyrille et Méthode introduisirent en 863 le christianisme sur le territoire de l'actuelle République tchèque, qui se propagea et devint rapidement la religion dominante. En 1415, le réformateur Jan Hus fut accusé d'hérésie et brûlé vif, mais son anniversaire est toujours commémoré par les Tchèques, qui lui ont consacré un jour férié. Sous le règne des Habsbourg, la foi protestante fut à nouveau réprimée et les Tchèques durent se tourner vers le catholicisme, principale religion aujourd'hui. Le régime communiste interdit quant à lui les pratiques religieuses, qualifiées « d'opium du peuple ».

Les différentes religions

Environ 40 % des Tchèques sont athées, 40 % sont catholiques et 5 % protestants, parmi lesquels les Frères tchèques, les Luthériens et l'Église réformée. Il existe également quelques pourcents d'orthodoxes, majoritairement originaires des pays de la CEI et des Balkans, ainsi qu'une communauté juive de quelques milliers de personnes, regroupée principalement dans le quartier Josefov de Prague, qui abrite les ancestraux cimetière juif et synagogue de Prague. Avant l'invasion nazie et la déportation vers les camps de triage de Terezín et vers les camps de concentration d'Europe de l'Est, cette communauté comptait environ 360 000 personnes. D'autre part, plusieurs Églises étrangères ont fait leur apparition depuis 1989 et ont fondé de petites communautés à travers le pays.

Ressources utiles

500 prestataires francophones pour les affaires et l'expatriation en Rép. tchèque

Les guides sont également disponibles pour la Slovaquie, la Roumanie et la Bulgarie